INTERVENTION D’ISABELLE MAHIEU

CONSEIL MUNICIPAL DU 1ER DÉCEMBRE 2016

 

Madame le Maire, mes chers collègues,

Surréaliste. C’est le mot qui qui me vient à l’évocation de ces bilans des conseils de quartier.

Cette année, l’idée de base, assez séduisante d’ailleurs, était que chaque quartier puisse proposer librement des rencontres aux habitants pour qu’ils puissent échanger avec leurs conseillers de quartier.

Je vous cite le tract d’invitation, écoutez bien : « le conseil de quartier est un espace de concertation et de relais qui apporte son point de vue sur toutes les décisions relatives à leur quartier ».

Mais…. il n’y a plus que vous pour le croire. Tout le monde sait que cette affirmation est fausse, parce que quand on raconte des carabistouilles, à la fin, ça finit par se voir.

Parlons d’abord de la forme.

Pour participer à ces bilans, plusieurs possibilités.

La première : quelques conseillers de quartier prennent l’apéritif sous une tonnelle à l’occasion d’un événement festif dans un quartier et attendent le lillois. Pas vraiment un succès, on le voit sur vos photos. Pas la bonne heure ou pas la bonne date peut-être.

La deuxième : 3 rencontres fixées. Disciplinée, je me rends à la première à l’heure dite : personne. Je décide donc, pour la seconde, d’y aller environ une heure après la date de début : personne. Trop tôt ou trop tard, disons que je n’ai pas eu de chance et probablement quelques lillois avec moi. Et pour la 3ème, je n’étais pas disponible !

La troisième formule était alléchante : un speed dating. Résultat, participation faible dans l’ensemble des quartiers sauf pour un et notamment des conseillers de quartier eux-mêmes.

 

Il faut donc maintenant se poser la question du pourquoi  et parler du fond.

J’ose penser, mais vous me direz probablement le contraire, que la réponse se trouve dans les interventions que je fais ici même, année après.

J’avais souligné la dernière fois que quelques conseillers de quartier avaient regretté publiquement le manque de sollicitation en amont des grands projets structurants ou l’information trop tardivement fournie.

Vous n’avez pas tenu compte de ces signaux d’alerte. Vous n’avez même pas senti que les conseillers de quartier n’en pouvaient plus de devoir avaler n’importe quelle couleuvre : je ne citerai pas celle sur l’association de préfiguration du Centre social à Vauban Esquermes, celle sur le Chalet aux Bois Blancs ou encore celle sur la Tour de la rue de la Bassée pour laquelle on voit encore ce soir une manifestation de riverains.

Oui les conseillers de quartier n’en peuvent plus de n’avoir aucune réponse à apporter aux interrogations de leurs concitoyens faute aussi de ne pouvoir aborder certains sujets qui semblent tabous comme celui du Jardin des Olieux à Moulins, celui de l’insécurité à Wazemmes ou celui des tapages nocturnes au Centre pour ne citer que ces exemples.

Résultat de ces faux semblants : le quorum qui est de plus en plus difficile à obtenir dans les conseils de quartier parce que les conseillers ont compris que les décisions se prennent ailleurs et surtout sans leur accord.

Plusieurs démissions dont certaines aussi dans notre Groupe comme celle d’Eric Damien que nous regrettons et qui a fait un gros boulot, attestent de la lassitude, de la frustration, de la désillusion et du découragement des conseillers de quartier. Il faut absolument revoir le concept pour éviter ces séances de conseil majoritairement remplies par des présentations de politiques municipales et leur permettre de débattre et de donner réellement leur avis.

Depuis de nombreuses années, j’essaie de vous convaincre de changer de logiciel.

Aujourd’hui ça craque de partout et si vous ne procédez pas d’urgence à un ravalement en profondeur,  de cette démocratie qui n’est plus aujourd’hui, que de vitrine, les lillois qui veulent continuer à s’engager le feront mais par d’autres moyens et notamment en pétitionnant, en manifestant comme aujourd’hui devant l’Hôtel de Ville ou en s’exprimant sur les réseaux sociaux.

Le Groupe Un Autre Lille n’accepte pas cette situation et attend avec impatience la remise en cause annoncée du fonctionnement des conseils de quartier.

Je vous remercie.

Isabelle Mahieu

Share This