INTERVENTION D’ISABELLE MAHIEU

CONSEIL MUNICIPAL DU 20 JANVIER 2017

 

Monsieur le Premier Adjoint, mes chers collègues,

Je rappellerai d’abord que, pour ce contrat de ville, les associations répondent à des appels à projets qui correspondent aux priorités définies par la Métropole, priorités auxquelles nous souscrivons pleinement puisque nous les avons votées à la MEL et ces priorités apparaissent bien dans cette programmation 2017.

L’année dernière, nous voulions être optimistes et y croire.

Aujourd’hui, notre satisfaction, mais aussi notre frustration sont proportionnelles à votre écoute sur nos propositions., car c’est bien avec l’analyse des actions que l’on peut comprendre tout ce qui nous distingue.

Même si notre but commun est d’améliorer la situation des Lillois, il est évident que nous ne l’envisageons pas de la même manière.

Le volet « conditions de vie paisible » reste le plus important. Même s’il est un peu en retrait de l’an dernier (35 % contre 37 %), nous ne sommes évidemment pas contre ces actions parce que, sans un environnement serein, on sait qu’il est compliqué de construire autre chose.

Mais nos priorités sont ailleurs.

Pour nous, c’est encore et toujours le volet « développement économique, emploi, formation, insertion » qui est l’enjeu crucial et donc le plus important.

Lui est passé de la troisième à la seconde place, en augmentation de 13 %.

Nos encouragements à démultiplier ces actions ont visiblement porté leurs fruits et c’est une vraie satisfaction, d’autant que presque 50 % d’entre elles concernent plusieurs quartiers, comme vous l’avez dit, ce qui contribue à leur décloisonnement et apporte des réponses transversales en matière d’emploi.

Ces 39 actions représentent désormais plus de 20 % de la part Ville. Parmi elles, celles pour le développement économique ont doublé (8 actions contre 4), celles pour l’emploi ont légèrement augmenté (9 actions contre 7) et, avec 22 actions pour accompagner vers l’emploi et soutenir le développement d’activité, cela fait bien un total de 39 actions pour le développement économique.

Mais voilà, 39 actions sur 218, ce n’est pas tout à fait à la hauteur de l’enjeu.

Bien sûr, vous allez me répondre que les autres actions de ce contrat de ville participent au retour à l’emploi ou que d’autres dispositifs existent dans la ville.

Nous, nous regardons les résultats et nous constatons que le bilan de vos choix politiques des dernières années, c’est le taux de chômage le plus fort de France pour les grandes villes hormis Montpellier.

Oui, nous pensons que ce n’est pas la bonne méthode. Il ne suffit pas de se vanter d’avoir su garder ses pauvres à Lille, encore faut-il leur permettre de prendre l’ascenseur social.

Restaurer l’égalité sociale, comme vous venez de le dire, ne signifie pas l’égalitarisme ou, comme certains de vos proches amis le proposent actuellement, de donner un même revenu à tous, du plus démuni jusqu’au milliardaire. Ce sont plutôt les mêmes chances de réussir qu’il faut leur donner.

Par conséquent, de nouveau cette année, cela ne vous étonnera pas, je n’ai pas choisi les mêmes actions à mettre en avant que Walid HANNA.

Moi, je choisis par exemple BGE qui incite à la création d’activités, je choisis l’association Initiative Lille métropole Lille-Sud qui propose une médiation bancaire pour permettre à des repreneurs de s’implanter dans les quartiers prioritaires, je choisis l’association Maillage qui met en place un dispositif de soutien à la création d’activité ; ou je choisis aussi l’association « pour toi l’entrepreneur » dont nous avons inauguré ensemble récemment les nouveaux locaux et qui accompagne le process de création.

C’est donc un regard mitigé que nous portons sur cette délibération, mais nous la voterons avec en simple commentaire « légère progression, vient tout juste de dépasser la moyenne, mais pourrait encore faire mieux ».

Je vous remercie.

Isabelle Mahieu

Share This