INTERVENTION D’ISABELLE MAHIEU

CONSEIL MUNICIPAL DU 08 DÉCEMBRE 2017

Madame le Maire, mes chers collègues,

En octobre, nous avions indiqué que ce seraient les prochaines délibérations et surtout leur mise en pratique qui seraient déterminantes pour transformer vos nobles intentions que nous approuvions, en actes. C’était la principale raison de notre abstention.

La délibération présentée ce soir précise que les conseils de quartier sont au cœur du dialogue de proximité que la ville veut renforcer. Nous sommes, on ne peut plus d’accord. Elle propose aussi la mise en œuvre d’une nouvelle organisation ouverte valorisant l’autonomie et l’initiative citoyenne. Encore parfaitement d’accord.

Mais que trouve-t-on dans ce règlement intérieur ?

Vous nous dites que vous allez ouvrir les possibilités de participation citoyenne avec ce que vous appelez les rendez vous de quartier ou les ateliers de quartier. En réalité, pas de grand changement, puisque c’est la nouvelle dénomination des anciennes commissions qui seront ouvertes à tous comme c’était déjà le cas à St Maurice Pellevoisin et la nouvelle dénomination des réunions de quartier que vous faisiez déjà. Vous faites simplement semblant qu’il y a une nouveauté. Mais ne polémiquons pas, il y a eu un an de réunions ouvertes aux habitants pour coconstruire ce règlement.

Là où il n’y a pas non plus de changement, c’est que le Président du Conseil de quartier continue à être désigné par la majorité municipale et toujours pas élu par ses membres comme nous le demandons depuis longtemps. Madame Bouchart, pourtant de votre majorité, avait aussi évoqué en octobre la possibilité que cette présidence ne soit plus assurée par un élu mais par un animateur de séance. Elle n’aura pas non plus été entendue. Mais ne polémiquons pas, il y a eu un an de réunions ouvertes aux habitants pour coconstruire ce règlement.

Sur la désignation des 30 conseillers de quartier, 10 des 15 citoyens volontaires seront proposés par le Président du Conseil de quartier. Vous comprendrez notre réticence puisque nous n’avons aucun élément qui nous permettrait de savoir si vos critères de choix seront objectifs ou s’ils seront le fait du prince. Mais ne polémiquons pas, il y a eu un an de réunions ouvertes aux habitants pour coconstruire ce règlement.

Quand au rôle des conseillers de quartier, nous pensions que vous le feriez évoluer. Finalement non, ils donneront un avis consultatif sur les projets d’urbanisme, pour le reste, ils seront simplement informés… ben comme d’hab. Je rappelle que ce sont les divergences sur cette absence de dialogue qui ont été  à l’origine de couacs retentissants que vous ne pouvez pas avoir oublié tant ils ont fait débat. Mais ne polémiquons pas, il y a eu un an de réunions ouvertes aux habitants pour coconstruire ce règlement.

Autre singularité du nouveau règlement : la possibilité donnée à un membre du Conseil de quartier de proposer l’inscription d’une question à l’ordre du jour est supprimée. Il ne pourra plus non plus poser de questions orales comme c’était le cas dans le précédent règlement. Notons aussi que ce règlement est passé en conseil de quartier pour… information et même pas pour avis. Un comble. Mais ne polémiquons pas, il y a eu un an de réunions ouvertes aux habitants pour coconstruire ce règlement.

Venons en au point qui nous scandalise et qui est dans l’article 3 et je cite : en cas de défaillance grave, l’élu à la Citoyenneté peut sur proposition du Président, procéder à la radiation d’office du conseiller jugé inapte à assumer ses responsabilités. Wouah, vous ajoutez même que et je cite toujours, la radiation peut être prononcée dans le cas où son comportement général est notoirement incompatible avec l’exercice de ses fonctions… Inapte à assumer ses responsabilités, notoirement incompatible, dites moi, on pourrait penser que tout ça est fait dans le but de se débarrasser des personnes un peu trop remuantes. En tous cas, les futurs conseillers de quartier sont prévenus : ils auront intérêt à se tenir à carreaux. Mais ne polémiquons pas, il y a eu un an de réunions ouvertes aux habitants pour coconstruire ce règlement.

Tout ça ne valait vraiment pas le coup de faire le procès de la démocratie participative à grand renfort de communication si c’est pour faire encore pire dans le verrouillage. Votre démocratie participative est plus que jamais un abus de langage voire une vaste escroquerie intellectuelle sans parler d’un nouveau plan marketing. La preuve, avant même le débat en conseil municipal, la presse régionale parle aujourd’hui d’un bond en avant quand notre Groupe y voit un retour vers la rigidité et le contrôle.

Réveillez vous, les pratiques de l’ancien monde sont dépassées, les dernières élections l’ont largement démontré. On ne peut plus exprimer de belles intentions et faire le contraire.

Nous voterons contre cette délibération.

Je vous remercie.

Isabelle MAHIEU

Share This